Articles

On ne négocie pas avec le climat

Image
Sur le Pont de Pierre à Bordeaux, le 28 mars 2021 C'est ce qu'ont appris les 150 membres de la Convention Citoyenne pour le Climat , tirés au sort en 2019 puis formés à ces sujets par des experts. Selon les promesses du Président de la République, ce qui allait sortir de leurs travaux devait être "soumis sans filtre soit au vote du Parlement, soit à référendum, soit à application réglementaire directe" . Il le fallait, car on ne négocie pas avec les lois de la physique. Mais le gouvernement a finalement transigé. Dans le projet de "Loi Climat" qu'il vient de remettre à l'Assemblée Nationale, 90% des propositions votées par la Convention Citoyenne ont disparu . Malgré les 7200 amendements déposés par les députés d'opposition, malgré la condamnation en justice de l'Etat pour inaction climatique , malgré de nouvelles marches partout en France le 28 mars dernier, il est déjà évident que la France accouchera d'une loi qui ne lui permettra pas

Un calculateur d'autonomie alimentaire

Image
Pendant la campagne des municipales, BUT s'interrogeait sur notre autonomie alimentaire . L' outil de mesure CRATer que proposent Les Greniers d'Abondance confirme malheureusement nos inquiétudes, concernant les territoires métropolitains dont Bruges fait partie. Agriculture durable et préservation de la biodiversité sont intimement liées, que ce soit par l'action des insectes pollinisateurs, la moindre propagation des maladies dans les cultures lorsqu'elles sont diversifiées, ou l'action protectrice de certaines plantes entre elles.  Conscients des enjeux, les experts et élus qui avaient contribué pendant 3 ans à la démarche BIODIVER'CITE de Bordeaux Métropole , ont conclu lors de la journée "Territoire engagé pour la nature" du 6 décembre 2019 qu'il fallait viser désormais le "zéro artificialisation nette" des sols. Mais pour que cet objectif ne reste pas une incantation, et que ce qu'il reste de foncier non bâti soit exclusi

Quelle sécurité alimentaire à Bruges après le 2nd tour ?

Image
A en juger à leurs programmes, nos candidat-e-s n’ont pas tiré la leçon de l’épidémie de Covid-19 en ce qui concerne notre autonomie alimentaire. Le confinement a pourtant révélé de grandes faiblesses dans notre capacité à nous nourrir quand les circuits d’approvisionnement conventionnels sont compromis. Or ceux-ci le seront à nouveau et durablement. En effet, tous les scénarios des experts du climat prévoient une contraction forte des transports de marchandises à moyenne et longue distance, qu’elle soit volontaire pour tenter d’enrayer le réchauffement climatique, ou subie parce que les conséquences économiques de ce fléau non maîtrisé seront infiniment plus graves que celles du virus. Sur la liste « Bruges s’unit » il n’est encore question que de « promouvoir des espaces fermiers et agricoles », alors qu’il faudrait les créer directement. Le président de notre association a participé pendant ses dix années de mandat municipal à toutes les instances qui se sont limitées à

Municipales : la bataille des mots

Image
Les mots-clés de l'écologie foisonnent dans les programmes des deux listes en compétition à Bruges. Faut-il s'en réjouir ? Oui, car le temps d'une campagne électorale doit être celui des résolutions. Mais après le temps des mots doit venir celui de l'action. Une action continuelle, opiniâtre, à la hauteur des enjeux, qui devra répondre point par point aux attentes des Brugeais, que notre association s'est employée à consigner dans son document "Bruges, Gironde, quelle transition écologique ?" En plus de nos propres actions, nous veillerons avec les citoyens de Bruges à ce que les prochains élus joignent le geste à la parole.

Un vaccin puissant : la transition écologique

Image
Le système craque et nous ne devons pas le restaurer à l’identique, car il renferme des dangers encore plus grands que ceux du Covid-19 : Les chaînes d’approvisionnement qui viennent de se rompre, parce que gérées à flux tendus avec des pays lointains, portent aussi en elles le réchauffement climatique et l’épuisement des ressources . La déforestation et le trafic d’animaux sauvages, sans doute à l’origine du contact avec ce virus inconnu de nos systèmes immunitaires, sont également des causes majeures de l’effondrement de la biodiversité . La combinaison des gaz émis par les moteurs et de ceux issus des épandages agricoles produit des particules qui aggravent les effets du nouveau virus. Or, que ce soit séparément ou par « effet cocktail », leurs effets délétères sur l’ensemble des organismes vivants étaient déjà connus. La recherche de rentabilité de notre système de santé, qui a conduit nos soignants à travailler aujourd’hui dans des conditions indignes, illustre parf

Formulaire de contact

Nom

Adresse e-mail *

Message *